Depuis la fin des années 1980, le manga japonais a pris d'assaut le monde pour devenir l'exportation culturelle la plus 
populaire du Japon. Dans cet article, le Bureau de l'OMPI au Japon retrace les origines de ce phénomène culturel mondial 
et explore sa signification économique.

Les origines
Comme la plupart des bandes dessinées, le manga (à peu près traduit par «images lunatiques») est enraciné dans l'art 
séquentiel - un récit composé d'images et présenté en séquence. On pense que les premiers exemples de l'art séquentiel 
japonais datent des rouleaux d'animaux Chōjū Jinbutsu Giga1 du 12ème siècle.
Ensemble, Chōjū Giga et ukiyo-e ont influencé la production des romans illustrés à faible coût kibyōshi (à dos jaune) 
de la fin du XVIIIe siècle, dans lesquels les débuts du manga moderne sont apparus pour la première fois. Les 
contributions bien connues de Kitazawa Yasuji au début du XXe siècle à Jiji Manga, une bande dessinée hebdomadaire 
dans le quotidien Jiji Shimpo, ont beaucoup contribué à populariser l'utilisation du «manga» pour décrire cet art émergent.

Au milieu des années 1940, l'akabon à bas prix (livres rouges) devint très populaire parmi les adultes. Osamu Tezuka, 
l'un des auteurs les plus populaires d'Akabon, est connu comme le grand-père du manga japonais pour son travail sur les 
techniques cinématographiques, les effets sonores, les longs arcs et le développement profond des personnages dans de 
nombreux genres de mangas. L'apparition de volumes de manga gekiga plus sérieux dans les années 1950 a alimenté l'expansion 
du manga qui, dans les années 1970, était devenu une industrie de masse inégalée.
On pense que le terme «manga» a été utilisé pour la première fois par le célèbre artiste de l'estampe du XVIe siècle 
(ukiyo-e), Katsushika Hokusai (1760-1849).
 
La signification économique et culturelle du manga
Le manga est une partie importante de l'industrie de l'édition du Japon, représentant plus de 25 pour cent de tous les 
documents imprimés dans le pays. Ils offrent quelque chose pour tout le monde et peuvent être achetés à partir d'un 
large éventail de magasins de détail et en ligne. Comme l'explique M. Teiji Hayashi, ancien directeur de la Division 
de la diplomatie publique du Département de la diplomatie publique du Ministère japonais des affaires étrangères, 
"le manga a un large éventail de fans, des petits enfants aux seniors, parce que ses scénarios sont clair et les 
personnages sont riches en humanité. "C'est pourquoi ils sont souvent" utilisés non seulement pour le divertissement 
mais aussi pour fournir des explications simples sur des sujets difficiles comme l'histoire, les sciences naturelles 
et les questions sociales. "

Les mangas populaires ont une influence profonde. Beaucoup deviennent des livres, des émissions de télévision, anime2, 
des personnages de collection et des jeux vidéo. Presque tous les aspects de la production culturelle populaire japonaise 
peuvent trouver leurs racines dans le complexe industriel qu'est le manga qui est devenu un pilier de l'économie et de la 
culture japonaise.

Un pilier culturel de l'économie japonaise
Les styles artistiques et thématiques frappants de Manga ont transcendé les barrières culturelles, faisant une impression 
importante et durable sur le public à travers le monde. En tant que passerelle vers la culture japonaise, il a attiré une 
base mondiale de fans et suscité un intérêt pour la culture japonaise. Il reste l'une des exportations les plus rentables 
économiquement et socialement du pays et a aidé le Japon à devenir l'un des principaux exportateurs mondiaux de produits 
culturels.

L'Amérique du Nord est l'un des plus importants marchés étrangers du manga, estimé à 300 millions de dollars américains au 
début de 2011. Des marchés importants existent également dans de nombreux pays européens et asiatiques. La série Pokemon, 
lancée en 1996, est peut-être l'une des exportations de manga les plus rentables avec des recettes supérieures à 
150 milliards de dollars.

Une industrie menacée

Le manga continue de bénéficier d’un large attrait mondial, mais l’industrie souffre énormément du fléau de la piraterie. Le manga est au

cœur des médias japonais, alimentant presque tous les aspects de celui-ci avec un contenu nouveau et innovant. Si le manga est menacé, il en

va de même pour pratiquement toutes les autres formes de médias au Japon.

Lors de son lancement international, le manga occupait un marché de niche dans de nombreux pays. Cependant, il a rapidement capturé

l’imagination des lecteurs du monde entier, engendrant une base de fans internationale enthousiaste qui est devenue de plus en plus frustrée par

l’impossibilité d’accéder au même contenu que leurs homologues japonais. La nécessité de traduire le manga à partir du japonais signifiait

qu’il y avait des retards inévitables dans leur libération internationale. De plus, de nombreux titres n’ont jamais été publiés à l’échelle

internationale parce qu’ils ont été jugés inappropriés pour des marchés spécifiques, ont échoué au Japon ou n’ont été publiés que localement

par des éditeurs indépendants.

Internet offrait aux fans une merveilleuse solution. Beaucoup ont appris le japonais, ont acquis le manga original, puis l’ont scanné, traduit,

édité et publié sur Internet pour le télécharger gratuitement. Hélas, ce qui a commencé comme une pratique menée par des fans

enthousiastes est devenu un sérieux fléau pour l’industrie. La soi-disant scanlation – l’acte de scanner, de traduire et d’afficher des mangas

sur Internet – est, en effet, frappante au cœur des mangas et menace leur existence même.

Les scans non autorisés ou «raws» sont généralement générés par des personnes qui numérisent des livres en format 
électronique, une pratique connue sous le nom de jisui, qui se traduit par «cuisiner soi-même». Avec l'adoption de 
lecteurs de livres électroniques et de tablettes informatiques, jisui une entreprise à part entière avec l'émergence 
de sites d'agrégateurs populaires de scanlation hébergeant des milliers d'épisodes de mangas et les rendant 
disponibles gratuitement. Ceux qui font de la scanlation gagnent des bénéfices grâce à la publicité sur leurs propres 
sites Web et gagnent également des points qui peuvent être convertis en argent pour chaque téléchargement effectué à 
partir d'un site Web agrégateur.

Les groupes de numérisation, qui sont maintenant bien plus d'un millier, perpétuent une forme de piratage très corrosive 
qui menace l'industrie, entraînant une chute des ventes mondiales de mangas et forçant les éditeurs à licencier du personnel. 
De 2007 à 2009, par exemple, les ventes de mangas aux États-Unis ont chuté de 30%, obligeant un grand éditeur à 
licencier 40% de ses effectifs.

Mais les grands éditeurs de mangas se battent en essayant d'atteindre les fans de manga de nouvelles façons. 
Cette année, Kadokawa Group Publishing Co. Ltd (Kadokawa) a publié simultanément un grand nombre de titres populaires 
dans les principaux marchés asiatiques. Des sociétés comme Tezuka Productions proposent des versions juridiques et 
électroniques en anglais des mangas populaires pour les tablettes et, au début de l'année, la Japan Book Publishers 
Association a lancé une série d'initiatives pour réprimer les activités de scanlation non autorisées.
Tuer l'art
Le piratage de manga rampant rend de plus en plus difficile aux artistes mangaka (mangaka) de gagner leur vie 
grâce à leur travail. Beaucoup comptent sur les paiements de redevances pour survivre. Ils sont modestes dans 
le meilleur des cas, surtout pour les nouveaux artistes, et sont généralement insuffisants pour joindre les 
deux bouts. Sur les quelque 3 000 mangaka professionnels japonais, seulement 10% environ gagnent suffisamment 
d'argent pour pouvoir consacrer tout leur temps et leur énergie à leur art. La simple vérité est que si les 
artistes manga ne peuvent pas gagner leur vie de leur art, il n'y aura pas de manga.

Le concours manga de l'OMPI
Compte tenu de son attrait planétaire, le manga est un moyen idéal de sensibiliser le public à la propriété 
intellectuelle (PI) et aux raisons pour lesquelles il est important de respecter les droits de propriété 
intellectuelle. L'été dernier, le Bureau de l'OMPI au Japon a lancé un "vrai" concours de mangas. Parrainé 
par le MOFA et l'Office japonais des brevets (JPO) et avec le soutien de Kadokawa, le concours invitait les 
artistes japonais à créer une œuvre originale mettant en lumière les risques pour la santé et la sécurité 
associés à l'achat de produits contrefaits.

M. Ken-Ichiro Natsume, Directeur du Bureau de la politique multilatérale du JEA, a expliqué les raisons du 
concours de mangas: "Il arrive souvent que ce que vous lisez dans un manuel vous échappe, peu importe combien 
de fois vous lisez il. Mais l'information présentée comme un manga reste avec vous même si vous ne l'avez lue 
que très rapidement. Je crois fermement que le manga est l'un des meilleurs outils pour enseigner aux gens les 
risques de contrefaçon. "

Les participants devaient soumettre une œuvre d'art originale, un scénario et des personnages pour expliquer 
les risques pour la santé et la sécurité liés aux produits contrefaits. Des soumissions ont été reçues de partout 
au pays, et après un processus de sélection rigoureux impliquant des experts de l'industrie, le manga de Mme 
Emiko Iwasaki a été choisi comme l'article gagnant. Son manga, "Honmono - le secret qui change votre vie", 
raconte comment un jeune employé d'atelier voit d'un coup la menace des produits contrefaits, avec quelle facilité 
les clients sont trompés pour les acheter et les dommages sérieux qu'ils peuvent causer.