Silent Hill : du jeu à la réalité
par Martyne Pigeon

Je dois vous avouer que je ne guère une fanatique de jeux vidéos. Alors que le Grand Chef à la maison épuise la console familiale, pour ma part, mes propres jeux prennent la poussière en attendant de se transformer soit en sainte relique ou tout simplement en antiquités du paléolithique! Non, blague à part, il est vrai qu’il me manque un certain aspect ludique dans ma vie! Vous pouvez donc vous imaginer dans quel esprit réfractaire j’étais allée voir cette nouvelle adaptation de jeu Playstation! Toutefois, à porter un jugement de valeurs facile on se fait souvent prendre dans le détour, je fus agréablement surprise de ma petite sortie…

« Silent Hill » raconte l’histoire d’une mère, Rose, dont la petite fille Sharon, au sommeil agité par les terreurs nocturnes concernant une certaine ville dénommée Silent Hill, décide de faire un voyage aux confins de l’horreur afin de résoudre le problème familial devenu ingérable. Après un accident de voiture en périphérie de Silent Hill, Rose et Sharon sont séparées et, avec l’aide de Cybil, une policière, elle arpentera les rues de la mystérieuse ville afin de retrouver sa fille. « Silent Hill » est un film mystérieux, captivant aux effets visuels très intéressants. L’influence du jeu vidéo n’a pas été perdue ni diluée ce qui est à mon sens un bon point. De plus, on y exploite un thème rarement abordé à Hollywood : les réalités parallèles. Toutefois, il est bien difficile pour moi de décrire Silent Hill sans dévoiler de «punches», tellement l’articulation du film est bien ficelée. Mais, une chose que je peux vous dire sans équivoque c’est que «Silent Hill» a la capacité d’à la fois, divertir et d’ébranler les croyances religieuses ou ésotériques des gens. On en sort encore pensifs, ce qui est à mon avis le point fort du film. Non, «Silent Hill» ne laisse personne indifférent. On est allé chercher une structure plus japonaise à la scénarisation, ce qui rend les sauts et revirements de situation beaucoup moins prévisibles qu’avec un film Hollywoodien classique. Pour les amateurs de scènes graphiques et de 3D, vous serez largement servis alors que les concepteurs semblent s’en être donnés à cœur joie. De plus, le jeu des acteurs est tout à fait enlevant, contrairement au casting habituel de films d’horreur américains.

Vraiment, je ne me suis pas ennuyée en regardant «Silent Hill» et je crois que ça donnera envie à plusieurs personnes de découvrir plus en profondeur le jeu!

Shamane